Liste de produits par fabricant  BRASSERIE LEVEBRE

L’origine de la brasserie Lefebvre, située à Quenast (en Brabant Wallon), dans la vallée de la Senne, remonte à 1876. En cette année, Jules Lefebvre, garde-chasse, fermier, aubergiste et malteur, inaugure sa nouvelle brasserie. Des cafés sont ouverts autour des carrières de porphyre avoisinantes pour que les nombreux ouvriers, assoiffés par le travail de la pierre, puissent venir s’y désaltérer.

L’origine de la brasserie Lefebvre, située à Quenast (en Brabant Wallon), dans la vallée de la Senne, remonte à 1876. En cette année, Jules Lefebvre, garde-chasse, fermier, aubergiste et malteur, inaugure sa nouvelle brasserie. Des cafés sont ouverts autour des carrières de porphyre avoisinantes pour que les nombreux ouvriers, assoiffés par le travail de la pierre, puissent venir s’y désaltérer.

Jules et Auguste devant la première brasserieCi contre : Jules et Auguste devant la première brasserie.

En 1916, pendant la guerre, la brasserie est démantelée, suite à la réquisition des métaux par les Allemands.

En 1921, au lendemain de la première guerre mondiale, Auguste Lefebvre, fils de Jules, déménage la brasserie du centre du village vers une colline avoisinante pour fuir les inondations annuelles de la Senne. La nouvelle brasserie vient alors s’installer dans une brasserie en faillite, à l’endroit où se tiennent les bâtiments actuels

En 1921Gaston Lefebvre, troisième génération, modernise la brasserie en démarrant notamment la mise en bouteille de la bière qui vient élargir la gamme de conditionnement de la bière, qui se résumait, jusqu’à lors, aux fûts de 30, 50 et 100 litres.

En 1932, des cuves cylindro-coniques sont installées à la brasserie. Cet apport technique permettra à la brasserie, pendant un certain temps, de jouir d’une certaine avance technologique dans le milieu brassicole.

Un ancien camion de la brasserieCi-contre : un ancien camion de la brasserie.

Durant la période 1940-1945, la guerre et la mort de la femme de Gaston feront ralentir l’activité. La brasserie n’est pas démantelée mais l’obligation de produire exclusivement une bière à faible taux d’alcool (maximum 0.8% de volume d’alcool) touchera toutes les brasseries. Cette obligation a pour effet de renforcer le ralentissement de l’activité.

En 1953, et ce jusqu’en 1987, la brasserie devient aussi un négociant en boissons.

En 1960 Pierre Lefebvre prend la relève alors que les carrières avoisinantes réduisent leurs activités. Une nouvelle bière fait son apparition : la Porph-Ale. Titrant 5% de volume d’alcool et issue de la haute fermentation, cette bière tirait son nom de la pierre locale.

En 1966, une autre bière voit le jour : la Super-Houblo, de type scotch, titrant 6% de volume d’alcool.

En 1975Philippe Lefebvre, 5ème génération entre à son tour dans la brasserie, muni d’un diplôme de marketing.


Ci contre : Quatre générations de brasseurs réunies.Quatre générations de brasseurs réunies

Les premières bières sur levure voient le jour en 1978, suite à un contact positif avec l’Abbaye de Bonne-Espérance.

En 1980 démarre véritablement l’exportation. L’exportation de la Bonne-Espérance, spécialement refermentée en bouteille, vers Italie se révèle rapidement être un succès.

En 1983, l’Abbaye de Floreffe confie à la famille Lefebvre la licence de brassage de ses bières spéciales. La gamme, comprenant 3 bières au départ s’élargit rapidement à 5. A la Floreffe Double, Floreffe Triple et Floreffe Prima Melior viennent se rajouter, par la suite, la Floreffe Blonde et la Floreffe Blanche. 1983 est également synonyme de l'arrivée de Ann Suenaert, l'épouse de Philippe, qui prendra en main l'administration et les finances de la brasserie. 

En 1989, une bière blanche fait son entrée, la Student, que l’on renommera rapidement : Blanche de Bruxelles.

En 1996, la brasserie innove et lance la Barbãr, une bière blonde au miel. Sa petite sœur, la Barbãr brassin d’hiver, brassée d’octobre à février, verra le jour dans les années suivantes.

En 1998, une bière à la pomme est lancée : la Newton.photo_famille_2010

En 2002Paul Lefebvre, le fils de Philippe, rejoint à son tour la brasserie. Son arrivée est synonyme de nouveautés. En 2003, une bière à la cerise, la Belgian Kriek ainsi qu’une bière à la pêche, la Belgian Pêches, sont lancées sur le marché. En 2004, c’est la Belgian Framboises qui est lancée. Elle est suivie pour compléter cette belle gamme par le Quenast, bière pils de haute qualité.



Ci-contre : Paul et son fils Sacha, Céline, Ann et Philippe.  


En 2008 Céline, la soeur de Paul, vient prêter main forte à Ann renforçant ainsi l'équipe administrative et commerciale.


Jeune de six générations, la brasserie Lefebvre reste avant tout familiale. Sans cesse en extension, elle travaille principalement avec l’étranger en exportant plus de 80% de sa production.


 


 


Détails

Pas de produit pour ce fabricant.

Advertis, cliquez ici ... Advertis